Loi sur l'éducation en Andalousie

Publié le par Virginie

         L'Andalousie étant une communauté autonome depuis 1981, elle a la possibilité, en partant de bases au caractère national, de légiférer sur son système éducatif (cursus universitaire excepté). La "ley de educacion de Andalucia" étant un texte plutôt conséquent, je vais seulement ici parler de quelques points, ceux qui on attiré mon attention au regard de ce que j'observe dans mon école.
         Ce texte donne ses objectifs, les droits et devoirs des élèves, le rôle des professeurs et ce qui concerne leur formation (initiale et permanente), leurs promotions ou leur droit à l'association, le rôle des autres personnels du système éducatif, celui des familles...
         Puis arrivent les enseignements. Des compétences de base sont demandées: compétences de communication écrite et orale en espagnol mais aussi dans une langue étrangère, compétences de raisonnement mathématique (utiliser les nombres, les opérations, les symbôles mathématiques et les modes d'expression mathématiques, la résolution de problèmes relatifs à la vie de tous les jours et au monde du travail), des compétences dans la connaissance et l'interaction avec le monde physique et naturel (conséquences sanitaires et environnementales des actions humaines notamment), compétences dans la recherche et le traitement des informations ainsi que dans la communication (nouvelles technologies inclues), compétences sociales et civiles dans l'exercice de la démocratie, compétences culturelles et artistiques, compétences pour continuer à apprendre de manière autonome toute sa vie, compétences d'autonomie, d'initiatives personnelles et d'esprit critique. A ces compétences de base s'ajoutent une éducation de valeurs (droits, libertés, égalités hommes-femmes, respect, diversité, santé, écologie...) et le transfert de la culture andalouse.
         Au sujet de l'éducation des 0-6 ans: elle n'est pas obligatoire et gratuite à partir de 3 ans. En dernière année, les élèves doivent être iniciés à une langue étrangère, commencer l'apprentissage de la lecture, de l'écriture, des habiletés numériques de base et des relations avec le milieu. Ils travailleront expression visuelle et musicale, psychomotricité, et seront iniciés aux technologies de l'information et de la communication. Les centres d'éducation "infantil" devront se coordonner avec les centres d'éducation "primaria" pour une continuité éducative.
          En primaire,une attention particulière est demandée pour les langues étrangères. Les méthodes actives et l'utilisation de l'oral sont conseillés. Pour les deux dernières années de primaire, la loi recommande de diminuer les effectifs dans les classes et d'introduire une deuxième langue étrangère. C'est ainsi que ma classe fait de l'anglais en première langue étrangère (3h par semaine) et du français en deuxième langue (1h par semaine).
         Le texte aborde ensuite l'éducation secondaire, le baccalauréat, les formations professionnelles... Puis on arrive à un chapitre dédié à l'égalité dans l'éducation, où sont nommées les aides, bourses et la gratuité de services complémentaires (le bus, la cantine par exemple...).
         En ce qui concerne le fonctionnement des centres d'éducation, chaque établissement doit avoir un "plan de centro" incluant un projet éducatif, un règlement d'oraganisation et de fonctionnement et un projet de gestion. S'ajoute à ce "plan" un projet de direction qui servira notamment à évaluer le "plan de centro".
          La loi favorise aussi le fonctionnement en réseau des différents centres d'éducation dans un but d'échanges.

          Nous pouvons ainsi observer que les différences avec le système éducatif français ne sont pas grandes, mais que l'enseignement des langues étrangères est ici pris en compte de manière plus importante qu'en France.

Commenter cet article