La Semana Santa!

Publié le par Virginie

      La semana santa! L'événement que tous les espagnols attendent en cette saison de Pâques! Depuis le dimanche des Rameaux jusqu'au dimanche de Pâques, cette tradition chrétienne qui remonte au 16ème siècle fait revivre le chemin de croix du Christ. Les processions de pénitents vêtus de narazenos sont organisées par différentes confréries et impressionnent généralement par leur caractère solennel et pathétique, sauf à Malaga!! En effet, Malaga étant touristique, les étrangers ne connaissant pas le caractère respectueux de ce rendez-vous, et les "malaguenos" étant très "vivants" (c'est-à-dire bavards), la semaine sainte de cette ville ressemble plus à une féria qu'à un une semaine sainte calme silencieuse qu'on pourrait trouver dans d'autres villes espagnoles. Beaucoup d'habitants de la ville s'accordent à dire que les gens commencent à s'éloigner de la religion et que cette ferveur est plus l'expression d'une culture et du plaisir de se retrouver ensemble. En effet, depuis le mois de janvier les confréries (comprenant 100 à 1200 personnes pour la plus grande) se retrouvent autour de repas pour préparer la semaine sainte, savoir qui se placera où, qui fera quoi...
      Mais quels sont les principes qui régissent cette semaine sainte? Durant toute cette semaine, chaque jours, plusieurs confréries défilent, à pieds et pendant des heures (par exemple 8 heures, et ce jusqu'à 4h00 du matin) en portant deux trônes, l'un représentant la vierge Marie, l'autre représentant Jésus-Christ dans une des scènes du chemin de croix du Christ, depuis son arrestation par les romains jusqu'à sa résurrection en passant par sa crucifixion. Chaque trône pèse plusieurs tonnes, certains, comme ceux des étudiants, sont d'or et d'argent. Ils sont portés par un grand nombre d'hommes, les "costaleros", qui se sont entraînés pour cet effort et qui sont dirigé par le "capataz", un homme qui les encourage à marcher du même pas et leur signale le moment où il faut soulever ou poser le trône tous en même temps en frappant une cloche se situe au devant du trône. Les trônes sont conservés à l'année dans leur "cofradia" respectives. Avant et après chaque trône marchent les pénitents portant des bougies la plupart du temps, et une sorte de cagoule, lourde et difficile à porter, faite pour qu'on ne puisse pas reconnaître celui qui fait pénitence. Parmi ces pénitents, il y a beaucoup d'enfants.

Les pénitents ou "nazarenos":






















Chaque confrérie a ses couleurs.












Les trônes des étudiants dans leur "cofradia" et lors des "pasos" (défilés) de la semaine sainte:




























La souffrance des "costaleros":
















On peut voir des gens qui ne sont pas de la confrérie, qui suivent les processions, le trône d'une vierge... Ces gens ont demandé une faveur à la vierge durant l'année passée, comme par exemple guérir un parent malade, et viennent souffrir derrière la vierge comme les pénitents. En effet, leur marche va durer des heures, mais j'en ai vu augmenter leur douleur en marchant pieds nus, certains avec les yeux bandés et se laissant guidés...j'ai même pu voir passer une nuit un homme torse nu, les yeux bandés, pieds nus et les poignets et les chevilles enchaînés.

Chaque confrérie est accompagnée d'une "banda", des musiciens qui marchent avec eux:












Un monde extraordinaire pour attendre les trônes:

De toute évidence, les gens d'ici aiment regarder les processions!  C'est assez étonnant! Ils passent des heures à attendre de voir chaque procession passer parfois jusqu'à 5h00 du matin! Il faut parfois 12 heures pour que toutes les confréries d'une journée passent par un même endroit! Ce qui est d'autant plus étonnant, c'est que chaque année c'est la même chose, les mêmes trônes, les mêmes costumes et le même nombre d'heures d'attente! Alors qu'est-ce qu'il leur plaît? j'ai posé la question...



      
        Des espagnols m'ont répondu que quelqu'un qui n'avait pas grandi avec cette tradition ne pouvait pas comprendre l'émotion que les espagnols ressentent en voyant passer les trônes. Ils "sentent le Christ souffrir lorsqu'il porte sa croix, lorsqu'il est sur la croix... Ils sont tristes lorsque le trône représentant le Christ mort détaché de sa croix passe...". En fait c'est comme s'ils revivaient la mort du Christ chaque année, en tant que spectateurs.




       

Il y a une procession qui est très différente des autres parce que plus solennelle. Il s'agit de celle de "las servitas" qui se passe le vendredi soir. C'est une procession de petite taille, sans bandas, avec seulement un tambour au début et un autre derrière l'unique trône: c'est la seule procession où il n'y a que le trône de la vierge car le Christ est mort. Ce qui distingue le plus cette procession des autres, c'est que sur son passage les lumières de la rue s'éteignent et se rallument une fois qu'elle est passée. Et aussi, c'est le seul trône au passage duquel tout le monde se tait... Seules raisonnent les voix de quelques pénitents qui lisent des passages de la Bible. Cette petite procession est assez impressionante par l'ambiance qu'elle dégage: le Christ est mort, tout le monde est triste...




Beaucoup d'enfants participent aux processions, parfois jusqu'à tard dans la nuit, certains étant très jeunes:




















Ceux qui ne marchent pas dans les processions ont un jeu particulier: recueillir le plus possivle de cire des bougies des pénitents pour former la plus grosse boule de cire possible. Pour cela ils doivent demander aux pénitents de pencher leur bougie sur leur boule mais ils reçoivent souvent des réponses négatives... ce qui ne les décourage pas!


















Dans les processions, nous pouvons aussi voir des femmes en costume espagnol typique:

Commenter cet article