Quelques précisions sur le système éducatif et la formation des professeurs

Publié le par Virginie

Le parcours scolaire des jeunes espagnols:

      L'établissement dans lequel je suis s'appelle C.E.I.P "Garcia Lorca".
C.E.I.P = Colegio de Educacion Infantil y Primaria.

L'éducation infantile, la maternelle est pour les enfants de 3 à 6 ans.
L'éducation primaire est pour les élèves de 7 à 12 ans.
Ainsi, les enfants qui chez nous ont l'âge d'être au CP sont encore en maternelle ici, et les espagnols sont encore en primaire à l'âge où le français rentrent en 6ème au collège.
Dans leur scolarité au "colegio", les élèves ne peuvent redoubler qu'une fois. Ainsi certains élèves arrivent en dernière année sans savoir bien lire ou calculer.

Puis les élèves vont à "el Instituto", établissement qui regroupe notre collège et notre lycée.
"El instituto" est divisé en deux parties:
       _ E.S.O: Educacion Secundaria Obligatoria. Elle comprend 4 années, jusqu'à 16 ans. En effet, Espagne comme en France, l'éducation est obligatoire jusqu'à 16 ans. Les élèves en difficulté peuvent redoubler jusqu'à obtenir 16 ans et à ce moment là ils pourront choisir une voie plus professionnelle, ce qui leur est impossible avant cet âge. L'enseignante de ma classe regrette ce système où des élèves traînent leurs difficultés depuis le primaire et attendent leurs seize ans en se réfugiant dans la drogue et la violence. Beaucoup à 16 ans stoppent toute étude et regrettent une fois adulte de ne pas avoir cherché à obtenir un diplôme professionnel, de ne pas pouvoir écrire correctement un C.V. pour obtenir un emploi... Selon elle, l'E.S.O. rassemble énormément de problèmes.
       _ Bachiller: deux années de "Bachiller" pour passer à 18 ans "el bachillerato", le baccalauréat en France.

       Les espagnols doivent ensuite passer un examen pour rentrer à l'Université: "la Selectividad". Ceci n'existe pas en France.


Les "colegios" difficiles:

        Comme en France, il existe des écoles regroupant un grand nombre de difficultés sociales, dans la périphérie des villes, auxquelles sont données des aides financières et en terme de personnel supplémentaire.
        A Malaga, il existe deux zones très difficiles, où les classes ne contiennent que 10 élèves, avec dans certaines deux à trois adultes présents en même temps, avec un renfort en médecin et psychologues, avec des activités mises en place pour que les élèves restent le plus longtemps dans l'établissement pour les sortir de la rue... Avant il y a avait une troisième zone, mais elle ne contenait qu'une école, qui a été détruite: les élèves ont été répartis dans des écoles différentes dans Malaga, les maisons ont été vidées, les familles relogées dans des quartiers où la mixité est visible... et les problèmes ont été dissolus. Mais le problème est plus difficile avec les deux autres zones car elles contiennent un grand nombre d'écoles, un grand nombre d'habitants vivant dans des immeubles ou des petites maisons très très pauvres...


Les spécialités dans la formation des professeurs:

          En discutant, j'ai pu affiner ma connaissance du système de formation des professeurs. En effet, tous les professeurs suivent la voie générale mais certains ajoutent à leurs bagages des spécialités: musique (à condition d'avoir fait le conservatoire), éducation physique, langues étrangères et... éducation infantile! Ainsi, un professeur de maternelle peut enseigner en primaire, mais un professeur de primaire ne pourra pas prendre une classe de maternelle. Les professeurs spécialistes ont une classe et prennent les autres classes dans leur spécialité.
Quant aux professeurs de religion, ils sont formés et envoyés par l'Eglise, ce ne sont pas des fonctionnaires.

Commenter cet article